Actualité - Parcours patient

Après-cancer : réécoutez Priorité Santé avec Claude Boiron et Jean-Christophe Mino

Mathilde Regnault
12/05/2016
Partager
L’émission Priorité santé de RFI faisait le point mercredi 11 mai sur les problèmes liés à la phase très spécifique de l’après-cancer. Parmi les invités, le Dr Claude Boiron et le médecin-chercheur Jean-Christophe Mino, tous deux de l’Institut Curie.
Dr Claude Boiron

Dr Claude Boiron, oncologue médicale, responsable de l'Hôpital de jour de Soins de support de l'Hôpital René Huguenin de l'Institut Curie.

Auteur de "Vivre après un cancer"*, paru récemment, Jean-Christophe Mino décrit la phase qui suit la fin des traitements pour un cancer comme une "terre inconnue parce qu’on est dans une sorte d’entre-deux. On n’est plus malade mais ce n’est pas la santé d’avant." En effet, physiquement, les traitements peuvent avoir des effets secondaires importants : douleurs, grande fatigue… Au final, l’estime de soi trinque : on ne se sent plus aussi capable qu’avant.

Les patients décrivent également souvent un sentiment d’abandon : alors qu’ils étaient pris en charge et guidés pendant les traitements, avec de nombreux rendez-vous, ils se retrouvent seuls face à leurs interrogations.

C’est pour tenter d’adoucir cette période que le Dr Claude Boiron, du département des soins de support à l’Institut Curie, rencontre certains patients dans le cadre d’une consultation après la fin des traitements.  "Discuter à bâtons rompus avec les patients m’a permis de comprendre qu’il y avait bien d’autres conséquences que les effets secondaires physique liés aux traitements. Ils ont besoin d’une écoute. Grâce à cette consultation d’une heure, nous avons un véritable échange."

Heureusement, les effets secondaires "positifs" sont eux aussi nombreux et permettent de se reconstruire. Jean-Christophe : "Beaucoup des anciennes patientes rencontrées pour écrire mon livre décrivent un nouvel appétit de vivre après les traitements. C’est une nouvelle manière de voir la vie, où l’on relativise beaucoup plus. Elles semblent avoir développé une plus grande capacité à profiter de l’instant présent."

Peut-on oublier cette période difficile ? Non, mais ce n’est souvent pas le souhait de ces anciens patients. "Je ne veux pas oublier et tourner la page, ça fait partie de moi", souligne l’humoriste Noémie Caillault, qui a même "mis en scène" son cancer du sein dans son spectacle « Maligne ». Et le Dr Mino de conclure : « On ne peut pas faire comme si ça n’avait pas existé. Ca fait partie des [patients] et ça [leur] permet de vivre différemment aujourd’hui.

Ecouter l’émission "Priorité Santé" de RFI sur le thème de l’après-cancer