Actualité - Cancers du sein

Cancers du sein triple négatifs : une innovation thérapeutique efficace change la donne

Elsa Champion
18/05/2021
Partager
Une nouvelle thérapie ciblée existe désormais pour traiter les cancers du sein triple négatifs avancés. Coordonnée en France par l’Institut Curie, une étude clinique internationale de phase 3 (ASCENT) révèle l’efficacité d’une nouvelle molécule, un anticorps drogue-conjugué (le Sacituzumab govitecan), en termes de non progression de la maladie et de survie globale.
Cancer du sein et chimiothérapie

Publiés dans The New England Journal of Medicine, ces résultats très positifs laissent entrevoir dans les années à venir une transformation de la prise en charge des patientes.

10 à 15%
des patientes atteintes de cancer du sein sont touchés par un cancer du sein triple négatif

Le cancer du sein triple négatif touche entre 10 et 15 % des patientes atteintes de cancer du sein, de manière plus agressive et avec un risque plus élevé de devenir métastatique. Parmi ces patientes, un petit sous-groupe (celles présentant une mutation BRCA1 ou BRCA2, soit environ 15% d’entre elles) dispose d’une thérapie ciblée (les inhibiteurs de PARP) mais les autres sont en attente de solutions thérapeutiques efficaces.

Parmi les pistes explorées, l’Institut Curie évalue depuis plusieurs années, les anticorps drogues-conjugués : des molécules couplant un anticorps avec une chimiothérapie, ce qui permet d’amener la chimiothérapie au cœur des cellules tumorales.

Démarrée en 2017, l’étude internationale de phase 3 ASCENT a été menée chez 468 patientes atteintes de cancer du sein triple négatif avancé ayant déjà reçu plusieurs lignes de traitements. Cet essai clinique a évalué le Sacituzumab govitecan[1], un anticorps drogue-conjugué, par comparaison à une chimiothérapie classique (éribuline, vinorelbine, capécitabine ou gemcitabine). Les résultats de l’étude révèlent une survie médiane sans progression de 5,6 mois avec l’anticorps drogue-conjugué (contre 1,7 mois avec une chimiothérapie). Quant à la survie globale, elle a atteint 12,1 mois avec le Sacituzumab govitecan contre 6,7 mois avec une chimiothérapie classique. De plus, le pourcentage de patientes avec une réponse objective était de 35% avec l’anticorps drogues-conjugués contre 5% avec la chimiothérapie.

Avec un doublement de la survie globale, il n’y avait pas eu selon moi de résultat aussi positif et encourageant depuis de nombreuses années pour les patientes atteintes de cancer du sein triple négatif. Je suis aujourd’hui convaincue que cette nouvelle classe de médicament changera la donne dans les années à venir. Néanmoins, nous allons devoir face à une difficulté : celle de devoir patienter plusieurs mois avant que l’Autorisation de mise sur le marché pour le Sacituzumab govitecan soit validée en France et nous puissions prescrire cette nouvelle thérapie à nos patientes.

déclare Delphine Loirat, oncologue médicale à l’Institut Curie et investigatrice principale de l’étude ASCENT

Les essais cliniques avec les anticorps drogues-conjugués sont nombreux, notamment à l’Institut Curie où l’on dénombre actuellement 7 essais en cours ou en suivi. Ainsi, le Sacituzumab govitecan est à l’étude pour des stades plus précoces de la maladie mais d’autres molécules sont également en cours d’évaluation dans les cancers triple négatifs (par exemple le Trastuzumab deruxtecan) ou dans d’autres types de cancers (cancers du sein hormonodépendants, cancer de la vessie, du poumon…).

Référence:

Sacituzumab Govitecan in Metastatic Triple-Negative Breast Cancer. A. Bardia, S.A. Hurvitz, S.M. Tolaney, D. Loirat, K. Punie, M. Oliveira, A. Brufsky, S.D. Sardesai, K. Kalinsky, A.B. Zelnak, R. Weaver, T. Traina, F. Dalenc, P. Aftimos, F. Lynce, S. Diab, J. Cortés, J. O’Shaughnessy, V. Diéras, C. Ferrario, P. Schmid, L.A. Carey, L. Gianni, M.J. Piccart, S. Loibl, D.M. Goldenberg, Q. Hong, M.S. Olivo, L.M. Itri, and H.S. Rugo, for the ASCENT Clinical Trial Investigators. New England Journal of Medicine 2021; 384:1529-1541 / DOI: 10.1056/NEJMoa2028485

L’essai ASCENT est financé par Immunomedics ; numéro ClinicalTrials.gov : NCT02574455

[1] Le Sacituzumab govitecan est composé d’un anticorps ciblant Trop2 : un antigène de surface cellulaire (exprimé dans plusieurs cancers solides et plus particulièrement dans les cancers du sein triples négatifs), couplé à un inhibiteur de topoisomérase.

En savoir plus