Actualité - Dernière minute

Coronavirus et cancer du poumon : les risques

Alizée Lacroix
23/03/2020
Partager
Parmi les plus fragiles menacés par la pandémie de coronavirus se trouvent les personnes atteintes d'un cancer, dont le système immunitaire est affaibli. Comme le virus s’attaque aux voies respiratoires, les personnes atteintes d'un cancer du poumon se sentent plus à risque. Interview du Pr Nicolas Girard, oncologue pneumologue, à la tête de l’Institut du Thorax Curie-Montsouris
Nicolas Girard

Les patients atteints d’un cancer du poumon sont-ils plus fragiles face à l’épidémie de coronavirus ?

Oui c’est bien le cas. Ces patients sont très souvent atteints de troubles respiratoires, avec un risque accru d’aggravation par l’infection covid-19 ; ils reçoivent des traitements complexes, de la chimiothérapie et de l’immunothérapie, mais peuvent aussi avoir une chirurgie récente ou être en cours de radiothérapie. Tous ces éléments sont des facteurs de risque d’infection grave par le covid-19.

Le diagnostic de l’épidémie de covid-19 est-il complexifié pour les patients atteints d’un cancer du poumon ?

Le risque résiderait davantage dans la difficulté de diagnostiquer une infection par le coronavirus chez ces patients. Les symptômes du coronavirus peuvent être confondus avec ceux du cancer du poumon. Il n’est pas facile pour le patient ou pour le personnel médical de reconnaître les signes. On peut avoir des malades qui toussent, qui crachent, qui ont de la fièvre pour mille autres raisons.

Comment est assurée la continuité des soins au sein du service de pneumologie de l’Institut Curie ?

Nous avons d’emblée adapté nos prises en charges, pour assurer la continuité du traitement de nos patients dans des conditions les plus optimales possibles. Les protocoles de traitement ont été modifiés, et nos propositions ont servi de base à des recommandations nationales. Eviter des déplacements inutiles est un enjeu et nous avons déployé les outils de téléconsultations de façon à poursuivre le suivi de nos patients.

Nous avons par ailleurs rédigé des recommandations nationales, validées de façon collégiale par l’Intergroupe Francophone de Cancérologie Thoracique et le groupe d’oncologie de la Société de Pneumologie de Langue Française.

Il s’agit d’une aide à la décision quant à la prise en charge des patients atteints d’un cancer du poumon. Nous avons réfléchi à des propositions d’interruption de traitements, de limitation des suivis,… selon les situations et elles sont très diverses. Toujours dans l’idée de limiter les déplacements à l’hôpital pour éviter de faire courir des risques aux patients. Nous souhaitions aussi avoir cette réflexion pour que les décisions de suspension de traitement ou de désescalade thérapeutique soient homogènes. Le but est que tous les malades dans une même situation soient pris en charge de la même façon, quel que soit l’établissement, pour éviter les inégalités. 

De quelle manière se déroule la prise en charge d’un patient porteur du Covid-19 à l’Institut Curie ?

Des procédures ont été mises en place à l’Institut Curie pour orienter les patients de la façon la plus adaptée au sein de nos différents services, en fonction de leurs symptômes et de leur traitement. Ces dernières évoluent chaque jour, selon les directives reçues par l'ARS et le Gouvernement. 

Pour aller plus loin