Actualité - Cancers du sein

Philip Poortmans, co-auteur d’une prestigieuse synthèse sur le cancer du sein

Valérie Devillaine
30/10/2019
Partager
Philip Poortmans, chef du département d’oncologie radiothérapie de l’Institut Curie, a rédigé, avec huit autres experts mondiaux, un article à la fois exhaustif et pointu sur le cancer du sein, dans la revue Nature Reviews Disease Primers.
Philip Poortmans

C’est un honneur que d’avoir été invité 

concède le Pr Philip Poortmans.

C’est surtout le signe que le chef du département d’oncologie radiothérapie de l’Institut Curie est l’un des spécialistes internationaux du cancer du sein les plus reconnus, de son traitement par radiothérapie et des recherches dans ce domaine, et que l’Institut, berceau de la radiothérapie, reste l’un des centres majeurs de cette discipline.

31 pages pour faire l’état des lieux de cette pathologie, de ses traitements et des perspectives de recherche, c’est beaucoup et peu à la fois. Cet article a demandé « un très long travail, sur trois années », au Pr Poortmans et à ses co-auteurs, issus des quatre coins du monde, des États-Unis à l’Australie en passant par la Chine, mais avec une forte présence européenne et plus encore française, avec deux auteurs : le Pr Poortmans qui exerce à l’Institut Curie et la Pre Frédérique Penault-Llorca, pathologiste à la tête du Centre de lutte contre le cancer Jean-Perrin à Clermont-Ferrand. Toutes et tous ont été invités par la Pre Nadia Harbeck, gynécologue chirurgienne qui dirige le département de gynécologie-obstétrique de l’hôpital universitaire de Munich (Allemagne), et la Pre Fatima Cardoso, oncologue médicale dirigeant l’unité de sénologie du Champalimaud Clinical Center/Champalimaud Foundation, à Lisbonne (Portugal), que Nature avait choisies pour diriger ce travail.

Nature est un des journaux scientifiques les mieux cotés, rappelle le Pr Poortmans, et ce groupe de presse s’est enrichi de plusieurs autres titres au cours des dernières années qui ont très vite atteint des Impact Factors [l’indice de mesure de la qualité d’une publication scientifique, ndlr] exceptionnels ! 

C’est le cas de Nature Reviews Disease Primers, lancé en 2015, pour réunir des articles touffus et synthétiques qui font le tour d’une pathologie et des questions de recherche encore ouvertes sur le sujet. Et elles ne manquent pas en ce qui concernent le cancer du sein : les auteurs en appellent notamment à développer des outils d’évaluation de la qualité de vie pour les patientes atteintes de cancers métastatiques et à étudier les mécanismes de résistances des tumeurs aux traitements.

Plus d'infos : Breast Cancer, Nature Reviews Disease Primers  Sept 23, 2019

Pour aller plus loin