Actualité - Innovation

Giorgio Seano sur les plus hautes marches de la science européenne

Alizée Lacroix
27/07/2018
Partager
Le chercheur Giorgio Seano vient de se voir attribuer un ERC Starting grant, un financement du conseil européen de la recherche. Cette reconnaissance parfois décrite comme le Graal pour les chercheurs va l’aider dans la création de son équipe qui cherche à comprendre la résistance au traitement des tumeurs cérébrales.
Giorgio Seano, chercheur à l'Institut Curie, récompensé de l'ERC Starting grant

Crée en 2007, l’ERC (European Research Council) finance les meilleurs projets scientifiques au niveau européen. Attribuées annuellement, les bourses de l’ERC constituent une véritable reconnaissance au niveau européen de l’excellence des chercheurs récompensés.

Une 38e ERC pour l’Institut Curie

Depuis leur création, 38 bourses ERC ont déjà été attribuées à des chercheurs de l’Institut Curie dans les 3 catégories : Advanced grant pour les chercheurs les expérimentés, consolidator grant pour ceux qui ont quelques années d’expérience et starting grant pour ceux qui commencent tout juste leur carrière.

La 38e bourse ERC vient d’être attribuée au jeune chercheur Giorgio Seano, chef de l’équipe Laboratoire Microenvironnement Tumoral (CNRS/INSERM/Université Paris Sud/Institut Curie). Son équipe étudie les cancers du cerveau, aussi bien les formes primaires se déployant dans le système nerveux central – par exemple les gioblastomes – que les formes secondaires comme les métastases cérébrales survenant chez les patients atteints de mélanome, de lymphome, de cancer du poumon ou du sein. « Peu de progrès ont été réalisés ces dernières années en ce qui concerne ces tumeurs très agressives en raison de leur fort taux de récidive, explique Giorgio Seano. Celui-ci s’explique par leur résistance au traitement que ce soit par chimiothérapie ou radiothérapie. » 

Un soutien européen pour explorer la résistance des cancers du cerveau

La compréhension des mécanismes de résistance est essentielle pour découvrir des failles pour les contrecarrer. Le jeune chercheur a donc décidé d’explorer avec un regard neuf les stratagèmes déployés par les cancers cérébraux pour échapper au traitement. « Pendant mon doctorat au Candiolo Cancer Institute en Italie, je me suis intéressé à la vascularisation des tumeurs. C’est seulement ensuite pendant mon post-doctorat au laboratoire Rakesh K. Jain à la Harvard Medical School à Boston (Etats-Unis) que j’ai compris qu’il ne fallait pas uniquement se focaliser sur la vascularisation. J’ai réalisé que l’environnement induit par les vaisseaux sanguins comptait aussi, car les cellules tumorales possèdent la capacité de migrer le long des réseaux sanguins déjà existant selon un phénomène connu sous le nom de co-option vasculaire. Or les cellules tumorales peuvent utiliser ces mécanismes pour échapper au traitement. A la Harvard Medical School, j’ai utilisé des technologies de pointes d’imagerie, comme la microscopie intravitale, pour étudier ces phénomènes de co-option » rappelle Giorgio Seano.

Début 2018, Il décide de rejoindre l’Institut Curie pour y créer sa propre équipe de recherche. « La recherche fondamentale et translationnelle menée dans cet institut - en plus d’être d’une très grande qualité - privilégie les interactions et les collaborations » déclarait le chercheur lors de son arrivée. Son équipe s’intéresse tout particulièrement aux niches périvasculaires afin de savoir si elles confèrent un avantage sélectif aux cellules cancéreuses cérébrales par rapport à d’autres tumeurs moins richement vascularisées. La compréhension des interactions moléculaires entre les cellules tumorales et la niche périvasculaire est nécessaire afin de trouver de nouveaux points d’action thérapeutique. Giorgio Seano envisage de recourir à la microscopie intravitale pour observer les cellules tumorales in vivo dans leur micro environnement et cela à l’échelle de la cellule unique avec l’espoir de trouver un moyen de contrecarrer les effets du micro environnement très vascularisé existant dans les tumeurs cérébrales. Nul doute que grâce à ce financement ERC, Giorgio Seano va rapidement faire avancer les connaissances dans ce domaine.