Actualité - Innovation

Prédisposition au cancer du sein : de petites modifications de BRCA2 qui changent tout

Céline Giustranti
19/09/2016
Partager
Identifiée il y a plus de 20 ans, l’altération des gènes BRCA 1 et 2 prédispose au cancer du sein et de l’ovaire. Il reste toutefois encore beaucoup à élucider sur le rôle de ces gènes. Aujourd’hui une nouvelle fonction est attribuée à BRCA2.
Aura Carreira

Aura Carreira dirige l’équipe Recombinaison homologue et Cancer, Unité Stress génotoxiques et Cancer

Pour nombre de femmes, le nom de BRCA2 raisonne comme un couperet. Il s’agit en effet d’un des deux gènes (l’autre étant le gène BRCA1) qui, lorsqu’ils sont mutés, prédisposent aux cancers du sein et de l’ovaire. Une femme porteuse d’une altération de BRCA1 ou de BRCA2 a 8 fois plus de risques d’avoir un cancer du sein que les autres, et cela plus tôt que chez les autres femmes. Toutefois, l’âge de survenue de ces cancers varie d’une personne à l’autre, et parfois une femme porteuse d’une prédisposition ne développe aucun cancer. L’étude approfondie de ces 2 gènes et de leur fonction pourrait apporter des réponses. Découvrir de nouvelles fonctions de la protéine codifiée par le gène BRCA2 est l’une des missions à laquelle s’attelle l’équipe Recombinaison Homologue et Cancer (CNRS/Université Paris-Sud/Institut Curie)  d’Aura Carreira.

Mieux comprendre le gène BRCA2

"La protéine BRCA2 intervient pour réparer l’un des dommages les plus néfastes pour la cellule : les cassures double brin de l’ADN", explique la jeune chercheuse. A danger important, réponse à la hauteur de la cellule qui met alors en œuvre un mécanisme dit de recombinaison homologue pour éliminer ce dommage.

BRCA2 en se localisant au niveau de la cassure assure le recrutement des protéines nécessaires à sa réparation, mais aussi à la recherche du modèle permettant une restauration à l’identique. "En réalité, c’est une sous-partie de BRCA2 qui était connue pour initier la recombinaison homologue, ajoute Aura Carreira. Avec mon équipe, nous montrons qu’une autre partie de BRCA2 en est aussi capable et peut même pallier l’absence de la première."

Or, une légère erreur est fréquemment constatée au niveau de cette 2e région chez les patientes atteintes de cancer du sein. Elle semble nuire à l’efficacité de la recombinaison. "Dans la suite de cette étude, nous envisageons d’analyser si cette modification ou "variant" est, à elle seule, suffisante pour prédisposer au cancer. En ce sens, la recherche d’autres variants localisés dans le même domaine fonctionnel chez les patientes prédisposées aux cancers du sein aiderait alors à mieux définir les risques réels." D’ailleurs, mieux comprendre l’impact des variants de BRCA2 est l’un objectifs que se sont fixé Aura Carreira et son équipe pour faciliter le conseil en génétique et le diagnostic des femmes porteuses d’une prédisposition de type BRCA2.

En savoir plus

A second DNA binding site in human BRCA2 promotes homologous recombination
Catharina von Nicolai, Åsa Ehlén, Charlotte Martin, Xiaodong Zhang, Aura Carreira
Nature Communications, 15 septembre 2016 ; doi:10.1038/ncomms12813

Copyright : Alexandre Lescure / Institut Curie

En savoir plus