Actualité - Recherche clinique

Celecoxib : à éviter pendant la chimiothérapie du cancer du sein ?

Anne Coppola-Xaillé
01/02/2019
Partager
Associer du celecoxib (inhibiteur de COX-2 appartenant à la famille des anti inflammatoires) à une chimiothérapie néoadjuvante pourrait nuire au pronostic des femmes atteintes de cancer du sein. Il doit donc être évité chez les femmes soignées pour un cancer du sein n’exprimant pas HER2, alerte le Dr Anne-Sophie Hamy-Petit. Ses travaux sont publiés dans le prestigieux Journal of clinical oncology.
Anne-Sophie Hamy-Petit

L’enzyme COX-2, impliquée dans l’inflammation, est surexprimée dans certains cancers (cancer du poumon, du sein, de l’intestin). Des études précliniques ont montré que la surexpression de COX-2 induit l’angiogenèse (formation d’un réseau vasculaire) et la croissance tumorale. Aussi, dans les années 2000, plusieurs groupes de recherche se sont intéressés aux inhibiteurs sélectifs de COX-2, comme potentielle thérapeutique anticancéreuse. En particulier, le celecoxib, un anti-inflammatoire, indiqué dans le traitement symptomatique d’affections rhumatismales, a suscité beaucoup d’espoir en cancérologie. Dans ce contexte, l’essai clinique randomisé REMAGUS 02 mené entre 2004 et 2007  a séparé aléatoirement 220 patientes atteintes d’un cancer du sein localement avancé HER2-négatif pour recevoir une chimiothérapie standard ou la même chimiothérapie associée au celecoxib. Dans l’ensemble de la population, aucun bénéfice du celecoxib associé à la chimiothérapie n’a finalement été démontré concernant le taux de réponse à la chimiothérapie ou la survie des patientes.

Pour aller plus loin dans l’analyse, Dr Anne-Sophie Hamy-Petit, médecin chercheuse à l’Institut Curie dans l’équipe du Pr Fabien Reyal (Laboratoire résidu tumoral et réponse au traitement, U932, Immunité et cancer) a en effet ré-analysé les données de l’essai REMAGUS 02 en fonction de l’expression de COX-2, qui est la protéine ciblée par le celecoxib. Les résultats publiés dans Journal of clinical oncology sont frappants. « Nous avons observé des résultats inverses à ceux que nous attendions, explique la chercheuse. C’est dans le groupe qui n’exprimait pas la protéine cible (COX-2) que le celecoxib était actif, et non pas dans le groupe l’exprimant fortement. De plus, au lieu d’être bénéfique, la prise de celecoxib chez les patientes du groupe dont la tumeur exprimait faiblement COX2 s’est avérée délétère en termes de survie, particulièrement chez les patientes porteuses d’un cancer du sein triple négatif.» Cette découverte est confortée par le fait que des tendances similaires ont été identifiées dans les essais cliniques testant les inhibiteurs de COX dans les cancers du poumon, de l’ovaire et du colon.

Le celecoxib apparaît comme délétère

Ainsi, le celecoxib apparaît comme délétère alors même qu’il est très prescrit comme anti-inflammatoire pour l’arthrose ou la polyarthrite rhumatoïde (plus d’un million de boites vendues en France en 2015).

"L’essai REMAGUS 02 est le seul essai au monde qui ait étudié l’association du celecoxib à une chimiothérapie néoadjuvante dans le cancer du sein. Etant donnés ces résultats inquiétants, il n’y aura pas d’essai de validation. La recommandation est donc claire : les inhibiteurs de COX-2 doivent être évités pendant la chimiothérapie, assure le Dr Anne-Sophie Hamy-Petit. Plus généralement, l’étude ouvre une voie d’investigation autour des interactions médicamenteuses pendant la chimiothérapie. Qu’elles soient favorables ou défavorables, elles doivent être davantage étudiées."

Un programme de recherche national, COMBICANCER-SEIN, a été déposé par le Pr Fabien Reyal pour étudier les co-médications dans le cancer du sein sur la plateforme "Health Data Hub", futur pôle de recherche sur les BigData en santé.

En savoir plus
Hamy AS, Tury S, Wang X, Gao J, Pierga JY, Giacchetti S, Brain E, Pistilli B, Marty M, Espié M, Benchimol G, Laas E, Laé M, Asselain B, Aouchiche B, Edelman M, Reyal F, 2019, “Celecoxib With Neoadjuvant Chemotherapy for Breast Cancer Might Worsen Outcomes Differentially by COX-2 Expression and ER Status: Exploratory Analysis of the REMAGUS02 Trial”, Journal of Clinical Oncology, DOI: 10.1200/JCO.18.00636