Sebastian Amigorena

Parole d'expert : Sebastian Amigorena, directeur du centre d'immunothérapie des cancers

Catherine Brun
18/11/2019
Partager
La révolution de l'immunothérapie dans la prise en charge du cancer : entretien avec Sebastian Amigorena, directeur du centre d'immunothérapie des cancers de l'Institut Curie.

Quelles sont les ambitions du Centre d’immunothérapie des cancers de l’Institut Curie ?

Ce centre, le premier du genre en France, a été créé en 2018 pour donner une impulsion à l’immunothérapie. Il regroupe, sur un étage entier de l’hôpital, des laboratoires de recherche fondamentale,
translationnelle, des consultations et des lits. Quelque 130 chercheurs, médecins et soignants s’y côtoient pour concevoir les traitements d’ immunothérapie de demain.
Trois cheffes de programmes y oeuvrent pour trouver des financements associatifs, publics ou industriels. Leur activité a conduit à monter un nombre grandissant de collaborations industrielles avec l’aide de la Direction de la valorisation et des partenariats industriels de l’Institut Curie. Certaines de ces collaborations se font avec les start-up issues de l’Institut Curie, comme Mnemo (domaine de la thérapie
cellulaire) ou Stimunity (domaine des adjuvants immunitaires). Une synergie destinée à accélérer le transfert des innovations aux patients.

Comment voyez-vous l’avenir de l’immunothérapie contre les cancers ?

Nul doute qu’elle va devenir incontournable, aux côtés de la triade chirurgie-chimiothérapie-radiothérapie et des thérapies ciblées. Nous nous acheminons vers des thérapies de précision, conçues pour un type particulier de cancer chez un type donné de patient. Avec des coûts qui vont augmenter, au moins dans un premier temps. Un traitement innovant peut s’élever aujourd’hui à plus de 100 000 euros par patient. Heureusement, les immunothérapies ne sont pas amenées à être données au long cours. Quand elles fonctionnent, leur action s’avère souvent rapide et durable.